Notice: A session had already been started - ignoring session_start() in /home/sportetc/www/wp-content/themes/sportetcitoyennete/header.php on line 1
Après la pandémie, le « citius altius fortius » aussi dans le ciel ? - Sport et citoyenneté

Après la pandémie, le « citius altius fortius »
aussi dans le ciel ?

 

La crise sanitaire aura de multiples impacts sur le sport. Chez Sport et Citoyenneté, nous pensons qu’elle peut être salutaire, si elle permet d’accélérer un certain nombre d’évolutions. Par le biais de tribunes d’experts, nous souhaitons recommander, aux pouvoirs publics, des mesures opérationnelles destinées à lancer le sport de l’après-crise. Nous en avions déjà recensé un certain nombre dans ce livret de propositions pour la loi Sport et Société il y a quelques mois. Aujourd’hui, alors que la politique européenne du sport ne cesse de se développer, nous renforçons cet engagement en Europe et localement.

 

 

Tribune de Jacob Kornbeck, Fonctionnaire européen et chargé de cours externe à l’Université allemande du Sport de Cologne. Membre du Comité Scientifique du Think tank Sport et Citoyenneté. Tribune publiée sur Le Taurillon. 

 

 

L’année 2020 a été bouleversée par la pandémie Covid-19 (Coronavirus). Tous les secteurs économiques en subissent les conséquences, et la pandémie force à repenser ses habitudes, même les plus chères. Si le sport n’est pas épargné, les défis peuvent aussi cacher des opportunités pour en finir avec les idées reçues. Diminuer le calendrier des grandes compétitions internationales, qui mobilisent de multiples spectateurs, peut contribuer ainsi à réduire les voyages aériens.

Dire que le sport organisé a dû repenser en profondeur son calendrier de compétitions n’est point exagéré. Les annulations annoncées sont du jamais vu en temps de paix. Les Jeux Olympiques et Paralympiques, la Ligue des Champions, les Marathons de Tokyo et de Londres, la coupe MLB, toutes des compétitions reportées : qui aurait imaginé cela il y seulement six mois ? Décisions prises puisque nécessaires [1].

Une période prolongée sans grands événements, ou avec des stades vides, pourrait être une mesure proportionnée étant donné le risque de contagion [2]. Pour le sport organisé, le moment pourrait être venu de repenser le « citius altius fortius » commercial : des compétitions toujours plus grandes, d’édition en édition, avec de plus en plus de spectateurs voyageant à l’autre bout du monde. Si l’on estime que seules 30 compagnies aériennes sur 700 survivront à la crise actuelle, et seulement grâce à des aides d’État, les gouvernements tiendront la clé pour assurer un avenir avec moins de voyages aériens [3].

Les bonnes pratiques testées pendant le confinement pourront servir à mieux faire après la reprise des activités. Des entreprises et des administrations auront constaté combien de missions peuvent être évitées. Et le sport pourra faire autrement. Si ses efforts pour l’environnement n’ont pas toujours impressionné [4], il possède tous les instruments lui permettant d’amener le renouvellement qui s’impose (contrats, cahiers des charges) [5]. Le « citius altius fortius », idéal noble pour la performance sportive, ne doit cependant pas régir pour toujours la gouvernance sportive. Surtout dans le ciel. 

 

Auparavant en charge des questions antidopage au sein de l’Unité Sport de la Commission européenne (2001-14), Jacob Kornbeck est fonctionnaire européen et chargé de cours externe à l’Université allemande du Sport de Cologne. Les opinions exprimées sont strictement personnelles et ne sauraient aucunement engager les institutions de l’Union européenne.

 

Retrouvez toutes les tribunes de nos experts ici

 

[1] Xu, S. & Li, Y. (2020): Beware of the second wave of COVID-19. The Lancet, 8 avril. https://doi.org/10.1016/ S0140-6736(20)30746-7  

[2] Memish, Z.A., et al. (2019): Mass gatherings medicine: public health issues arising from mass gathering religious and sporting events. The Lancet, 393 :10185, 2073-2084

[3] Badstuber, N. (2020):  Flights are grounded – is this the moment we give up our addiction to flying? The Guardian, 9 avril, https://www.theguardian.com/international

[4] Geeraert, A.; Gauthier, R. (2018): Out-of-control Olympics: why the IOC is unable to ensure an environmentally sustainable Olympic Games. Journal of Environmental Policy & Planning, 20:1; 16-30.

[5] Fermeglia, M. (2017): The Show Must Be Green: Hosting Mega-Sporting Events in the Climate Change Context. Carbon & Climate Law Review, 11:2, 100-109.





Sport et citoyenneté