Notice: A session had already been started - ignoring session_start() in /home/sportetc/www/wp-content/themes/sportetcitoyennete/header.php on line 1
« Faire bouger les lignes au profit du sport pour tous, pour tous les publics » - Sport et citoyenneté

« Faire bouger les lignes au profit du sport pour tous, pour tous les publics »

Propos recueillis par Sylvain Landa, directeur adjoint du Think tank Sport et Citoyenneté

 

Fondée par 8 structures associatives sportives*, l’association I.D. Orizon a pour objectifs la promotion et la valorisation des bienfaits du sport pour tous les publics, sur tous les territoires. Entretien avec Philippe Machu, Président de l’UFOLEP et de l’association I.D. Orizon, mais aussi membre du Comité Scientifique du Think tank Sport et Citoyenneté.

 

Comment est née l’idée de créer cette plateforme de débats et d’actions intitulée « I.D. Orizon » ?

PM : Nous échangeons régulièrement avec les représentants des autres fédérations affinitaires multisports, mais aussi avec les fédérations sportives scolaires. L’idée est peu à peu venue de dépasser les frontières et les spécificités de chacun, pour réfléchir à la façon de développer une autre culture sportive dans notre pays, en dépassant les seules représentations du sport que nous proposent les médias et les grands évènements sportifs.

Il y a aujourd’hui dans notre société des besoins considérables en matière d’activité physique et sportive adaptée. Il y a également tout un champ à explorer en termes d’activités et d’offres sportives, mais aussi en termes d’approche sociologique, de médiation, de médiation psycho-sociale par le sport, etc. En accord avec les 7 autres structures fondatrices, nous nous sommes donc retrouvés sur ce que devait être cette plateforme, son objet, ses projets, ses méthodes. Notre volonté est d’affirmer la légitimité éducative et sociale des activités physiques et sportives pour tous et d’offrir un espace d’échanges, de réflexions et de diffusion d’une parole publique en la matière. I.D. Orizon est née le 11 octobre 2016 et a été présentée officiellement le 15 décembre 2016, lors d’un évènement organisé au Palais du Luxembourg.

Quelles sont les activités proposées par I.D. Orizon ?

PM : Notre programme de travail vise à analyser le paysage sportif et les besoins de la société, en dépassant le seul cadre des acteurs du sport, pour interroger ceux du monde de l’éducation populaire, du tourisme social, du secteur médico-social… Le premier travail est donc d’élargir le tour de table, et ensuite d’interroger par touches successives les conditions de pratique. Pour cela, nous avons programmé une série de petits-déjeuners débat. Le premier a eu lieu le 28 avril dernier à l’initiative de l’UFOLEP, et portait sur le sport inclusif. Le deuxième s’est tenu le 30 mai à l’initiative de l’Union nationale sportive Léo Lagrange, avec pour thème « Sport, Justice : la place du sport dans un parcours de réinsertion ». A chaque fois, nous basons nos échanges sur des témoignages et des actions concrètes mises en œuvre sur les territoires. Ce matériau devrait nous aider à construire un évènement de plus grande ampleur l’an prochain, autour des « Mille et un visages du sport pour tous ». Nous voulons montrer, par divers témoignages, la variété des actions mises en œuvre, et tout ce que le sport peut apporter à une société plus fraternelle, plus ouverte, plus diverse.

On loue souvent l’utilité sociale du sport dans notre société. Comment reconnaître cette dimension d’un point de vue politique ou juridique ?

PM : Tout le monde s’accorde en effet à louer les bienfaits du sport aujourd’hui, que ce soit en termes de santé, d’équilibre personnel, de socialisation etc. Malheureusement, il n’y a que la moitié de la population française qui bénéficie aujourd’hui de ces activités sportives. Ce n’est pas tolérable, et il faut absolument faire bouger les lignes. Pour cela, nous proposons de faire évoluer le cadre législatif du sport. Aujourd’hui, le gouvernement donne délégation aux fédérations sportives pour développer des pratiques par discipline. Mais il n’y a pas de véritable reconnaissance pour les fédérations qui œuvrent en direction d‘un sport sociétal au bénéfice de tous, d’un sport-santé, d’un sport comme vecteur d’engagement citoyen ou d’insertion sociale et professionnelle. Nous demandons à ce que ces trois volets (engagement citoyen, santé et insertion sociale et professionnelle) soient intégrés dans une nouvelle forme de délégation de service public. Nous porterons cette idée auprès du nouveau gouvernement et de la nouvelle Assemblée nationale en place.

idorizon.org

* Fédération française des clubs omnisports, Fédération française de la retraite sportive, Fédération française sports pour tous, Fédération sportive et culturelle de France, Fédération sportive et gymnique du travail, Union française des œuvres laïques d’éducation physique, Union nationale des clubs universitaires, Union nationale sportive Léo Lagrange.





Sport et citoyenneté