catégories:

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Revue 40 – Interview de Fatma Samba Diouf Samoura

« Nous croyons au pouvoir de transformation du football »

Ex-diplomate aux Nations Unies durant plus de vingt ans, la Sénégalaise Fatma Samba Diouf Samoura est devenue au mois de mai 2016 la première femme à occuper le poste de Secrétaire générale de la FIFA. Avec une vision très claire : améliorer et promouvoir le football ainsi que mettre ce sport au service de la société, en s’appuyant sur ses valeurs unificatrices, éducatives, culturelles et humanitaires.

 

Vous êtes la première femme à occuper le poste de Secrétaire Générale de la FIFA. Quel est votre rôle dans la nouvelle structure mise en place au sein de l’organisation ?

FS : Mon rôle consiste à gérer l’administration, qui compte plus de cinq cents employés issus de quarante-deux pays, avec une équipe compétente, et à mettre en œuvre la vision « FIFA 2.0 » que le Président de la FIFA a dévoilée l’an passé. C’est la première fois dans l’histoire de l’organisation qu’une telle stratégie à long terme est mise en place. Les objectifs que nous nous sommes fixés sont ambitieux, notamment avec l’investissement de quatre milliards de dollars dans le développement du football au cours de la prochaine décennie, le doublement du nombre de participantes féminines dans le monde d’ici 2026 – soixante millions – grâce à un plan visant à faire du football féminin un sport incontournable, ou encore la reprise du contrôle d’opérations commerciales majeures telles que la billetterie et les activités liées à l’organisation de la Coupe du Monde de la FIFA™.

Pour moi, la décision du Président Infantino de nommer une femme à une position de dirigeante de l’un des principaux postes de la gouvernance du football, un domaine traditionnellement dominé par les hommes, représente un signal fort. La touche personnelle que je veux apporter en tant que femme est la promotion de la diversité à tous les niveaux et de la parité hommes-femmes dans notre recrutement, dans le but d’augmenter le nombre de cadres supérieurs féminins.

 

Vous êtes une ancienne diplomate et avez été nommée dans un contexte difficile. En quoi vos diverses expériences passées, notamment au sein des Nations Unies, vous aident-elles dans vos missions actuelles ?

FS : Durant mes vingt-et-unes années aux Nations Unies, j’ai travaillé et vécu au milieu de situations d’urgence et un contexte socio-politique, sécuritaire et humanitaire complexe. Le Kosovo, le Liberia, la Guinée, la Sierra Leone, le Tchad, la Somalie, Madagascar, le Nigeria, le Nicaragua, le Salvador, la Guatemala, le Timor oriental, l’Afghanistan, le Bangladesh, en sont quelques-uns. Au cours de toutes ces missions, j’ai géré des projets humanitaires, de transition politique et de développement complexes. Cette expérience me permet de bénéficier d’une solide compréhension des défis multidimensionnels que rencontrent de nombreux pays en développement.

C’est pourquoi je mets tout en œuvre pour réaliser les objectifs statutaires de la FIFA, qui consistent à améliorer et promouvoir le football ainsi qu’à mettre ce sport au service de la société en se reposant sur ses valeurs unificatrices, éducatives, culturelles et humanitaires. Mon but est de maximiser la contribution du football à la bataille contre l’exclusion sociale, le sexisme, la discrimination ainsi qu’à la réalisation des objectifs de développement durable. D’après mon expérience, les progrès dans ces domaines ne sont possibles qu’à travers la coopération et les partenariats internationaux, par exemple avec les Nations Unies, les organisations régionales et les acteurs de la société civile. C’est donc un aspect que je souhaiterais renforcer.

Je dis souvent que le rôle du football n’est pas de résoudre tous les problèmes et les maux de ce monde. Mais en même temps, ce serait une erreur, surtout morale, de ne pas essayer de mettre son potentiel énorme au service de nos concitoyens.

Lorsque j’étais aux Nations Unies, j’ai également saisi la moindre occasion de faire la promotion des droits de l’homme. Le nouvel engagement de la FIFA à respecter tous les droits de l’homme internationalement reconnus est une chose à laquelle le Président et moi-même attachons une importance toute particulière. Nous travaillons sans relâche à la mise en œuvre de nos engagements statutaires à travers, encore une fois, une approche globale.

Le football est le sport le plus populaire au monde et sa portée universelle est largement reconnue. Comment la FIFA se sert-elle de ce pouvoir dans le développement de ses programmes socio-éducatifs ? Prévoyez-vous de développer encore davantage cette mission ? Avez-vous un exemple précis d’action menée qui pourrait illustrer cet engagement ?

FS : Absolument. Comme je l’ai dit, nous croyons au pouvoir de transformation du football et les concepts de changement social ainsi que d’éducation devraient constituer la base de nos projets. Ainsi, nous possédons déjà plusieurs programmes liés à la dimension sociale du sport et nous étudions actuellement diverses autres possibilités prenant cette approche.

L’un des programmes phares de la FIFA est axé autour du développement du football. Le nouveau programme « Forward » est le fruit d’une volonté sans précédent de développer le football dans le monde entier, avec une hausse significative des ressources mises à la disposition de chaque association membre et une supervision renforcée de leur utilisation.

Un autre exemple concret est l’initiative « Football for Hope », qui soutient les projets communautaires basés sur le football et aide à améliorer la vie et les perspectives des jeunes partout sur la planète. L’éducation sur la question du SIDA, la résolution de conflits, l’égalité des sexes, la lutte contre les grossesses précoces et les mariages forcés, l’intégration sociale des personnes souffrant d’un handicap mental, le leadership des jeunes et les aptitudes à la vie quotidienne figurent parmi les nombreux objectifs poursuivis.

Enfin, j’aimerais mentionner un nouveau projet stratégique appelé « Football for Schools », dans le cadre duquel des gouvernements, des associations membres et la FIFA unissent leurs efforts au nom de l’intérêt public et de la promotion d’objectifs sociaux et identifient au cas par cas les besoins et particularités des communautés locales. Ses principales composantes sont l’incorporation du football et d’autres sports dans les programmes scolaires, la rénovation des terrains de football dans les écoles, la formation et le développement des compétences des entraîneurs et instructeurs, ainsi que l’intégration d’un programme axé sur les compétences psychosociales.

Je crois que le sport est un outil à mettre à la disposition de nos responsables politiques et en notre qualité de gardiens du football, nous avons la responsabilité de chercher à mobiliser et mettre en place toutes les synergies positives possibles.

 

www.FIFA.com



Sport et citoyenneté