Notice: A session had already been started - ignoring session_start() in /home/sportetc/www/wp-content/themes/sportetcitoyennete/header.php on line 1
« Reconquérir le territoire pour offrir aux Parisiens des espaces de vie apaisés » - Sport et citoyenneté

« Reconquérir le territoire pour offrir aux Parisiens des espaces de vie apaisés »

La perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 met la ville de Paris au cœur de l’attention médiatique mondiale. Ces Jeux permettront-t-ils de transformer la ville et la région en profondeur, pour améliorer le cadre de vie des Parisiens et des Franciliens ? Entretien avec la Maire de Paris Anne Hidalgo.

Comment une capitale européenne comme Paris peut-elle favoriser l’adoption de comportements actifs de la part de ses habitants ? Quels sont les leviers à actionner en priorité (transports ; équipements sportifs de proximité ; espaces verts…) ?

AH : Paris est une ville dense et compacte, dans laquelle près de 80% des déplacements se font à pied. Au-delà de l’urgence qu’il y a à lutter contre le réchauffement climatique et la pollution de l’air, notre politique vise à reconquérir le territoire pour offrir aux Parisiens des espaces de vie apaisés dans lesquels ils peuvent évoluer et pratiquer une activité physique.

Nous travaillons ainsi à développer les mobilités douces, notamment le vélo avec un nouveau parc de Velib comportant 30% de vélos électriques, dont le déploiement a pris du retard mais se trouve désormais en voie d’être opérationnel très prochainement, et l’aménagement de pistes cyclables supplémentaires.

Nous nous adaptons également à la demande des Parisiens de pouvoir faire du sport en accès libre. Dans cette optique, nous avons lancé le programme « chaque Parisien à moins de cinq minutes d’un équipement sportif » afin d’équiper la ville, en veillant notamment à relier les deux bois qui sont les poumons verts de Paris. Des agrès sont par ailleurs disponibles dans les parcs et jardins.

Nous avons également lancé un grand plan « Nager à Paris » qui s’étend sur toute la mandature et prévoit de rénover le parc des piscines parisiennes.

Enfin, l’adoption de notre ambitieux « Plan Climat » cette année, l’aménagement de la ceinture verte, la piétonisation des voies sur berges et la création du parc des rives de Seine qui en découle, sont autant de corridors verts qui encouragent et sécurisent la pratique d’une activité physique en ville.

« Tripler les déplacements à vélo d’ici 2020 »

Paris s’est doté en 2015 d’un ambitieux « plan Vélo 2015-2020 ». A mi-parcours, quel premier bilan tirez-vous de cette politique ?

AH : Depuis le début de la mandature, j’ai avec mon adjoint Christophe Najdovski (Ndlr : Maire-adjoint de Paris, chargé des transports et de l’espace public), développé une politique ambitieuse d’amélioration de la qualité de l’air, de soutien au développement de la circulation douce et de reconquête de l’espace public. La municipalité s’est donc dotée de moyens inédits pour réaliser l’objectif de devenir une ville cyclable. Avec un investissement de 150 M€, l’objectif du Plan vélo est de tripler les déplacements à vélo d’ici 2020, passant ainsi de 5% à 15%.

En développant les infrastructures dédiées, Paris témoigne une nouvelle fois de sa volonté d’encourager la pratique de ce mode de déplacement particulièrement adapté à la ville : rapide, économique, écologique et bon pour la santé. Ainsi, le Plan vélo prévoit le déploiement d’un réseau express vélo et de pistes cyclables séparées (environ 20 km engagés en 2017) mais aussi de doubles sens cyclables dans le cadre de la généralisation de la vitesse à 30 km/h.

Du retard a été pris dans la réalisation de ces aménagements, en raison des concertations qui ont été menées pour intégrer les avis des différents acteurs concernés : Préfecture de police, RATP, associations vélos… et qui ont nécessité souvent la recherche de compromis et d’évolutions de programme, entraînant quelques délais.

Mais d’importantes réalisations ont déjà vu le jour, ou sont en cours de travaux. Ainsi, la piste cyclable bidirectionnelle qui relie le quai Saint-Exupéry et le pont Bir-Hakeim est déjà en service. Quant à celle qui emprunte le boulevard Voltaire de République à la Place Léon Blum (3 km), les travaux s’achèveront ce printemps.

Aux portes de Paris, des liaisons cyclables seront également créées cet automne afin de faciliter et sécuriser les déplacements à vélo entre Paris et les communes voisines.

« Les Jeux, un formidable accélérateur des politiques publiques »

L’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) 2024 va permettre au Grand Paris d’engager de nombreux projets de développement. Quelle est l’ambition de la Ville de Paris en termes de développement de la pratique sportive, dans le cadre de l’héritage prévu autour de l’événement ?

AH : Cet héritage est pour nous au cœur de la réussite des Jeux. C’est pourquoi il convient d’y travailler dès à présent, de sorte qu’il produise ses effets pendant de longues années après 2024.

En effet, si les JOP sont un spectacle grandiose offert au monde entier, ils doivent également permettre à la ville qui les organise de diffuser les valeurs de l’Olympisme à tous les niveaux. Ils agissent ainsi comme un formidable accélérateur des politiques publiques.

Nous avons, pour ce qui concerne l’évènement, de fortes ambitions en matière de développement durable, de maîtrise de l’empreinte carbone et de réemploi. Nos Jeux seront inclusifs et créateurs d’emplois.

Paris se prépare par ailleurs à accueillir le monde avec un maillage de transports performant et plusieurs innovations en termes d’accueil de spectateurs rendant l’expérience visiteur unique.

Ces Jeux permettront également la transformation structurelle du territoire de la Seine-Saint-Denis et des espaces alentours. Ils rendront la Seine « baignable » et offriront une nouvelle aréna à la ville, Porte de La Chapelle.

L’héritage immatériel ne sera pas en reste, avec un gros travail réalisé par nos équipes pour développer la pratique du sport auprès du plus grand nombre. Il va falloir sensibiliser, expliquer et inciter à tous les âges, afin d’améliorer la santé des citoyens et de faire du sport un outil au service de l’éducation et de l’insertion sociale. Pour ce faire, nous pourrons nous appuyer sur le dynamisme du milieu sportif et sur les politiques déjà mises en œuvre par les collectivités.

Grâce au talent et à l’expertise développés par la France en matière d’accueil de grands évènements internationaux, Paris fera de ses Jeux un moment unique, dont les effets s’inscriront dans la durée.

Cette interview est à retrouver dans notre revue 42: villes actives





Sport et citoyenneté