Notice: A session had already been started - ignoring session_start() in /home/sportetc/www/wp-content/themes/sportetcitoyennete/header.php on line 1
Paris 2024: Un accélérateur sociétal ? - Sport et citoyenneté

Paris 2024: Un accélérateur sociétal ?

Par Marion Clausse, étudiante Audencia MS MOS

Le mercredi 21 Mars 2018, le Think tank Sport et Citoyenneté et Audencia Business School ont présenté les projets réalisés en partenariat avec les étudiants du Mastère Spécialisé en Management des Organisations Sportives (MS MOS) à l’occasion de la conférence « Paris 2024 : un accélérateur sociétal ? ».

Introduite par Anna Gerke, Directrice du MS MOS et Julian Jappert, Directeur du Think tank Sport et Citoyenneté, cette conférence a été l’occasion de rappeler l’objectif de ces projets communs et d’expliquer l’intérêt de travailler sur la candidature de Paris 2024. Un choix évident puisque, comme l’a évoqué Julian « Les Jeux, ce sont vraiment l’événement sportif par excellence. Leur impact sociétal est sans commune mesure ». Ce sont ensuite Lucie Lenne, étudiante au sein du MS MOS et Julien Chapoy, réalisateur du projet média « Paris Terre de Jeux » qui ont pu exprimer leurs motivations pour ces projets.

La parole a ensuite été donnée aux quatre intervenants présents pour l’occasion. Tout d’abord, Gwladys Épangue, double championne du monde de taekwondo, coprésidente de la commission des athlètes de haut-niveau au CNOSF et membre du Comité des athlètes de Paris 2024. Gwladys a pu exprimer son enthousiasme quant à l’obtention des Jeux à Paris. Pour elle, la vraie victoire c’est d’avoir la chance de « pouvoir transmettre et délivrer des Jeux pour les jeunes générations et les Français. »

Ancienne handballeuse professionnelle, Aude Amadou, aujourd’hui députée et rapporteure de la Loi relative à l’organisation des JOP 2024 est revenue sur les valeurs que véhicule l’Olympisme. En effet, les Jeux représentent un événement sportif incontournable permettant de mettre en avant des valeurs et de favoriser les rencontres entre personnes issues de différents milieux.

Fanny Donnarel, Cheffe de projet « Impact et Héritage » au sein du Comité de candidature des JOP Paris 2024 a rappelé que le « véritable challenge sera de réussir à mettre en œuvre les valeurs portées lors de la candidature pendant les six prochaines années ».

Enfin, Stéphane Tisserand, Responsable des affaires publiques de la MAIF, a exprimé sa vision des JOP, un véritable accélérateur sociétal notamment pour les citoyens, la santé et l’économie. C’est l’une des raisons pour lesquelles la MAIF s’est engagée derrière cette candidature, qui avait à cœur de partager cette aventure avec l’ensemble des citoyens français et européens.

Des Jeux accessibles à tous

Cette candidature peut être qualifiée d’innovante pour plusieurs aspects, comme l’ont rappelé à tour de rôle l’ensemble des intervenants. Tout d’abord car la notion d’héritage a été ancrée dès le commencement du projet et cela a été rendu possible grâce à la construction d’un projet commun. En effet, ces Jeux ont été construits par les athlètes et avant tout pour les athlètes. Paris 2024 a fait confiance aux athlètes en les impliquant tout au long de la candidature puisque chaque athlète a été engagé pleinement.

Les citoyens sont également au cœur du projet de Paris 2024 puisque ces Jeux souhaitent apporter une dimension sociétale en s’appuyant sur l’éducation mais également le développement de la pratique sportive pour tous.

Sur la notion d’héritage, Fanny Donnarel a précisé que les partenaires avaient également beaucoup apporté, en particulier sur l’éducation, avec la mise en place des premières Semaines olympiques et paralympiques à l’école, que le Comité d’organisation souhaite pérenniser pendant les six prochaines années. Stéphane Tisserand précise également que la MAIF a étudié avec attention ce que proposait la candidature avant d’accepter de devenir partenaire. C’est l’aspect durable et sociétal de ces Jeux ainsi qu’une ambition forte pour favoriser la pratique du sport pour la population française qui l’a définitivement convaincue.

Mais les acteurs publics se sont eux aussi engagés en réalisant une négociation paritaire de façon à voter la loi olympique rapidement, afin de pouvoir débuter les chantiers au plus plus vite. Il y a eu une volonté des Parlementaires d’établir une loi permettant l’accessibilité aux sports pour les personnes en situation de handicap mais également favorisant l’insertion de tous et l’emploi local pour la construction des infrastructures.

Par ailleurs, les athlètes paralympiques ont été pleinement inclus dans la candidature puisque plusieurs d’entre eux ont fait partie du comité de candidature. Une volonté particulière a été vouée à la mise en place d’une candidature commune pour les Jeux Olympiques et Paralympiques. Avec l’aide des athlètes, le comité de candidature a pris conscience de la nécessité d’adapter les infrastructures afin de faciliter l’accès des installations aux personnes en situation de handicap.

 

L’insertion des sportifs dans la gouvernance sportive

L’implication des athlètes au sein de ce comité de candidature a permis aux sportifs de prendre conscience des places à prendre dans les instances de gouvernance du sport. Gwladys Épangue a confirmé le manque de sportifs mais aussi de femmes dans les hautes instances du sport et espère que les Jeux contribueront à créer des vocations. Aujourd’hui, les femmes sont sous-représentées dans les instances fédérales, au même titre que la place des jeunes filles dans certains clubs sportifs. Cependant, la construction de nouvelles infrastructures permettra aux filles, dès leur plus jeune âge, d’avoir un accès au sport facilité ce qui devrait permettre une évolution de cette situation dans les années futures.

 

La création d’un statut de bénévole

Aude Amadou ainsi que l’ensemble des intervenants ont affirmé la nécessité de créer un statut pour les bénévoles. Le Parlement a ainsi ajouté à la Loi Olympique une Charte du bénévole, pouvant permettre l’adoption de mesures de soutien et d’accompagnement, afin de susciter les vocations, notamment des plus jeunes. La perspective des JOP 2024 doit ainsi permettre aux pouvoirs publics et sportifs d’avancer sur plusieurs axes (sociaux, économiques, sportifs), afin de maximiser l’impact de l’accueil du plus grand événement sportif au monde.





Sport et citoyenneté